Projets


Investigations en milieu involontaire // 2018

Avec Emilie Morin et Estelle Ribeyre, à partir des écrits d’Amaël Tertrais.

Recherches autour d’une mise en tension de vécus et de perceptions entre le commun et l’exception. A travers la réouverture d’un journal, il s’agit ici de relier textes, gravures, photographies et son gravitant autour de la représentation d’un événement, celui de l’affaire Bagelstein (Rennes, printemps 2016).

Lier le hors-sens de cet événement à une historicité, trouver les racines de la comparution immédiate en la naissance du tribunal des flagrants délits, au travers de reprises de gravures, dessins, tracts de la fin du 19e, du début du 20e siècle – J.G. Posada, F. Vallotton, F. Masereel, E.L. Kirschner, K. Kollwitz – y entrevoir le recours au manifeste, à la représentation satirique et macabre comme dépassement possible d’une sidération.

Retranscrire les moments vécus. Moments de flottements dans un espace tangible. Accompagner ce récit d’images qui vacillent dans une atmosphère d’errance et d’hésitation.Se raccrocher à la réalité. Sortir de ce temps suspendu.

Réinventer un espace sonore. Une voix qui emplit l’espace et qui s’étire, se déploie et recouvre tout pour faire exister deux temps qui se superposent.

 

 

 

 


Captures // 2015 à aujourd’hui

Les premières images de cette série sont nées d’un projet mené avec Estelle Ribeyre, illustratrice et photographe, dans une construction de regard partagé. Cette collecte d’estampes explore les liens entre la gravure en taille d’épargne et la photographie.

Advertisements